Les 6 principes de base des premiers secours

30/06/2020Le saviez-vous ?

Votre enfant est sévèrement tombé, a avalé de travers ou s’est brûlé ? Vous devez avant tout conserver votre calme pour lui prodiguer les premiers secours. Plus facile à dire qu’à faire… Six règles essentielles vous aideront à garder votre sang-froid en toute circonstance. « Ces principes de base sont le point de départ pour intervenir de manière sûre et adéquate », explique Hellen Kippes, collaboratrice au service des Premiers secours de la Rode Kruis-Vlaanderen (Croix-Rouge flamande).

In samenwerking met

 


1

Agissez comme un secouriste

« Ça ne doit pas être si grave », « On trouvera bien de l’aide », « Personne n’intervient, il n’y a probablement pas besoin d’aide », « J’ai peur d’être infecté »… Ces pensées tout à fait humaines peuvent vous traverser l’esprit. Elles sont toutefois néfastes en situation d’urgence. « Ne restez pas dans votre rôle subjectif de parent ou de simple spectateur », nous dit Hellen. « Et agissez comme un secouriste grâce à vos propres connaissances » :

 

  • Agir est mieux que de ne rien faire. Il est bien sûr nécessaire d’appeler le 112 en cas de danger de mort. Cela peut littéralement faire la différence entre la vie et la mort.
  • Estimez objectivement la gravité de la situation et décidez de ce qu’il convient de faire (agir vous-même, vous rendre chez le médecin et/ou appeler les secours). Vous devez alors avoir confiance en vos connaissances des premiers secours.
  • Votre aide peut faire la différence. N’hésitez donc pas à assurer le rôle de secouriste. Croyez en vous, en dépit de ce que les autres font ou disent.

 


2

Restez calme en situation d’urgence

Il est normal d’être stressé lorsque vous devez soudain aider votre propre enfant. Pourtant, il est important de maîtriser vos émotions avant de lui donner les premiers soins. Hellen : « La panique aveugle engendre encore plus de panique. Plus vous êtes calme, plus votre enfant le sera aussi » :

 

  • Inspirez et expirez calmement.
  • Ayez confiance en vos capacités et croyez en vous.
  • Parlez à votre enfant. Ainsi, vous évacuez vos pensées négatives.
  • Structurez vos pensées et élaborez un plan par étapes dans votre tête, comme vous l’avez appris.

3

Évitez toute infection

En cas de blessure, il y a toujours un risque d’infection, pour votre enfant comme pour vous. Hellen vous donne quelques conseils simples pour éviter au maximum le risque d’infection :

 

  • N’entrez pas en contact avec le sang ou la vomissure. Mettez de préférence des gants jetables. Astuce : vous pouvez aussi utiliser un sac de congélation propre et le retourner.
  • Lavez-vous les mains avec du savon liquide et de l’eau, avant et après les premiers soins.
  • Ne respirez, ne soufflez ou n’éternuez jamais sur une blessure et ne touchez pas une blessure ouverte, sinon vous risquez d’y introduire des micro-organismes.
  • Retirez vos bijoux comme des bagues et bracelets lorsque vous prodiguez les premiers soins à une blessure de la peau.
 

4

Veillez au confort de votre enfant

Un accident peut se produire n’importe où : à la maison, dans la rue, en hiver ou en été… Quoi qu’il en soit, ne déplacez jamais la victime (sauf en cas de danger direct). Rassurez votre enfant, ou toute autre victime, et veillez à ce qu’il soit installé le plus confortablement possible. Couvrez-le avec une veste ou une couverture isothermique, protégez-le contre la pluie avec un parapluie, formez un pare-soleil, faites-lui de l’ombre… Et ne lui donnez jamais à boire ou à manger. Il est possible qu’il doive être opéré en urgence à l’hôpital, et donc être à jeun.
Vous estimez que la situation présente un danger ? « Veillez d’abord à votre propre sécurité », recommande Hellen. « Car vous ne pourrez aider une victime que si vous êtes vous-même indemne. »

 


5

Apportez une aide psychosociale

Lorsque votre enfant se fait mal, vous avez tendance à paniquer et à dramatiser. Apporter une aide psychosociale signifie que vous tenez compte des lésions, mais que vous gérez aussi les émotions et réactions de votre enfant, des victimes, de vos proches, des spectateurs… Ces conseils utiles d’Hellen vous aident à calmer les esprits :

 

Gérer votre enfant
  • Placez-vous à la hauteur de ses yeux et portez-lui un regard le plus rassurant possible.
  • Expliquez-lui pas à pas ce que vous faites (par ex. traitement d’une brûlure).
  • Parlez-lui sur un ton normal, sans l’infantiliser exagérément.

Gérer une autre victime
  • Soyez bienveillant et présentez-vous comme secouriste.
  • Demandez-lui ce qu’il s’est passé.
  • Écoutez la victime et faites preuve d’empathie.
  • Restez auprès de la victime. Ne la laissez pas seule. Vous êtes seul avec la victime ? Ne la quittez que pour appeler le 112 sur un téléphone fixe si cela s’avère nécessaire.
  • Vous prodiguez les premiers secours à un enfant ? Parlez aussi aux parents de l’enfant blessé. Demandez-leur « l’autorisation » de l’aider.

Gérer les spectateurs
  • Ne vous laissez pas décontenancer par les proches, amis ou spectateurs bien intentionnés, mais qui peuvent donner des conseils erronés. Soyez sûr de ce que vous faites et appliquez les techniques que vous avez apprises.
  • Une personne qui paraît calme et organisée gagne la confiance des spectateurs, car le calme est « contagieux ».
  • Impliquez les spectateurs dans les secours. Demandez-leur d’appeler les secours, de vous assister ou de sécuriser le périmètre.

6

Tenez compte des réactions émotionnelles par la suite

Les incidents (graves) sont impressionnants et certains parviennent à mieux gérer la situation que d’autres. Vous gardez des doutes, un sentiment de culpabilité, de la colère ou de la tristesse en vous après les premiers secours ? Laissez sortir vos émotions et parlez-en. Si l’aide de vos proches ne suffit pas, vous pouvez faire appel à un professionnel (par ex. votre médecin traitant, un psychologue…). Les bénévoles de Télé-Accueil (107) sont également à votre écoute 24/7. Cela vaut également dans le cas où votre enfant aurait des angoisses ou garderait un trouble après un accident.